Top Menu

De Monopoly à Carcassonne

De Monopoly à Carcassonne

On va se dire les « vraies affaires ».  Quand des gens me demandent c’est quoi mon passe-temps  favoris et que je réponds : jouer à des jeux de société, la réaction : « wow! C’est cool! » est assez rare…  Ce n’est pas que ça me dérange (et non, ne vous inquiétez pas, je ne ferai pas de psycho analyse ici), mais je me suis quand même demandé pourquoi j’aime autant les jeux et ça m’a donné l’idée d’en faire un article.

Même si tout le monde pense que je suis tombé dans la marmite de jeux de société quand j’étais jeune, il faut savoir qu’à la base, je n’étais pas un grand fan de jeux.  Dans ma jeunesse, nous en avions quelques-uns et c’est de beaux souvenirs en famille, mais nous n’avons jamais réellement couru les magasins pour découvrir les nouveautés.  Un peu plus vieux, j’ai eu ma « passe » de Risk avec des amis, mais ça s’est essoufflée assez rapidement et une fois devenu adulte, je jouais occasionnellement avec des amis à des jeux comme Cranium ou Clues, mais sans plus.  Ce n’est que vraiment plus tard (…parce que je suis très vieux…) que mes parents m’ont fait découvrir le jeu Carcassonne et le déclic s’est fait!  (Peut-être que le mot déclic est un peu faible considérant que mon intérêt a explosé au point d’en arriver à lancer ma propre boutique de jeux de société en ligne…)

Bon assez discuté de mon autobiographie, vous pourrez vous la procurer d’ici une quinzaine d’années dans une librairie près de chez vous 😉 En attendant, voici pourquoi j’ai passé de joueur occasionnel à un joueur « compulsif » de jeux de société!

Le temps

La majorité des gens ont une anecdote à raconter sur la fois que leur partie de Monopoly a durée 4h.  J’ai moi-même déjà fait une partie de Risk qui s’est étalée sur près de 6h (c’est d’ailleurs la dernière fois que j’y ai joué).  Aujourd’hui, on sait généralement dans quoi on s’embarque avant de le faire.  La plupart des jeux ont une durée en nombre de tours déjà établie, alors une partie de Small World ne prendra jamais 3h (sauf s’il y a beaucoup d’alcool en jeu… ou de blabla entre les tours…).  C’est la même chose pour le  jeu Huit Minutes pour un Empire.  C’est possible que la partie dure 15 minutes, mais ça ne sera jamais 1h.  Cet aspect facilite grandement le choix d’un jeu en fonction du temps qu’on a à y consacrer, car un jeu qui s’éternise finit toujours par ennuyer certains joueurs.  Il faut faire attention, je ne dis pas ici que tous les jeux devraient être courts, je dis seulement que c’est un bon avantage des jeux d’aujourd’hui qui nous permettent de choisir un jeu avec une durée prédéfinie.

Notre impact sur le jeu

Je me souviens d’un certain jour d’été.  Je jouais au jeu Les Échelles et Serpents avec mon jeune garçon et il était très fier d’avoir remporté la partie.  Je lui ai « pété sa bulle » assez rapidement en lui expliquant qu’il n’avait fait aucun choix pour remporter la victoire.  Ce n’était que le hasard des dés, donc le mérite ne lui revenait pas plus que ma défaite.  Ben non… je n’ai pas fait ça!  Je ne suis pas sans cœur!  Mais le point demeure valide.  Il y avait beaucoup de jeux comme Monopoly, Destin, etc. où, dans la majorité de la partie, on ne fait que subir le sort des dés sans trop d’impact sur le jeu.  Ce que j’aime particulièrement avec des jeux comme Viticulture et Orléans, c’est qu’on peut se faire une planification à court et à long terme.  Nous avons des choix parfois (souvent) déchirants à faire pour essayer d’optimiser au maximum notre jeu au lieu d’y assister en tant que spectateurs pour voir notre (osti de) pion descendre le serpent juste avant la case d’arrivée.

L’immersion

Il y a un débat continuel sur la place des jeux de société dans l’art.  C’est un aspect qui, à mon avis, prend de plus en plus de place dans la conception des jeux d’aujourd’hui.  La combinaison du visuel et d’une bonne mécanique bien pensée peut amplifier considérablement l’immersion du joueur dans l’univers créé par l’auteur.  Évidemment, certains jeux offrent une meilleure immersion que d’autre, mais Galaxy Trucker en est un bon exemple.  On nous demande de construire notre vaisseau à partir d’une cour à ferraille pour être le premier à survivre les dangers de l’espace tout en effectuant une livraison importante de matière.  Pandémie est aussi un autre jeu où l’immersion est bien sentie en nous permettant de sauver le monde d’une menace bactérienne!  C’est sans compter les jeux de figurines comme Ghostbusters ou Zombicide qui en plus de nous rappeler notre enfance en jouant avec de petites figurines, nous plongent dans un univers très immersif!

Le sentiment d’accomplissement

Bon, c’est certain que ceux qui jouent avec moi n’ont pas le plaisir de vivre le sentiment d’accomplissement, car je gagne toujours… 😉  Mais plus sérieusement, au-delà de gagner ou non, lorsque l’on termine une partie de Terres d’Arle ou de La Gloire de Rome et que l’on prend quelques instants pour apprécier tout ce que nous avons construit, c’est gratifiant!  On a l’impression d’avoir accompli quelque chose et souvent, on voit ce que l’on aurait pu faire de mieux pour une prochaine partie.  J’ai la qualité (ou le défaut un peu obsessionnel) de toujours vouloir faire plus. Les jeux de société me permettent d’assouvir ce besoin en essayant de trouver les meilleures stratégies d’optimisation ou les meilleures tactiques.  C’est un bon moyen de valorisation personnelle.

Le rapprochement

Je suis un grand cinéphile, alors j’ai passé beaucoup de soirées devant la télévision avec ma conjointe.  Je ne dis pas que c’est mal, par contre j’ai l’impression de partager un meilleur moment avec ma conjointe devant un jeu que devant la télévision.    C’est le même principe entre amis ou en famille.  Il s’agit de bien choisir le jeu en fonction des participants, mais les jeux de société sont un bon moyen de briser la glace ou d’alimenter des conversations.  Évidemment, il faut avoir des amis assez « gamer » pour sortir un jeu comme Elysium, mais une bonne partie de l’Osti d’jeu ou Dixit entres amis et toujours bien agréable!

Une philosophie de vie pour terminer

J’ai comme philosophie d’accorder beaucoup d’importance au fait d’avoir du plaisir.  Chaque personne est différente, mais pour moi, passer un bon moment devant un jeu de société est un synonyme de bonheur.  J’adore l’immersion que proposent les jeux, les rapprochements avec mes amis ou ma conjointe et le sentiment d’accomplissement qu’ils proposent.  Pour moi, c’est un passe-temps très bénéfique, autant sur l’aspect intellectuel, que pour le simple plaisir. Je souhaite fortement que les gens donnent une chance à ce loisir, surtout s’ils n’ont essayé que Monopoly ou Risk.  C’est surprenant la quantité de bonheur que peut contenir une aussi petite boîte de carton!


Mentionné dans ce blogue :


 

, , , , , , , ,