Top Menu

Critique de La Bataille de Kemble's Cascade

Notre critique de La Bataille de Kemble’s Cascade


 Armez vos vaisseaux!

Qui sera le pilote le plus valeureux?

Le but du jeu

Le but du jeu est de remporter le plus de points Gloire.  Pour y parvenir, il faut savoir planifier son trajet et surtout maîtriser sa force d’arme!

La mise en place

Le jeu prend un espace de table assez considérable.  Chaque joueur à son propre plateau représentant son vaisseau où il pourra tenir en compte son énergie, son niveau de danger et ses modifications d’armes.  Ensuite, on place 5 rangées de supports de cartes qui serviront à faire le défilement du jeu.  On ajoute le tableau de pointage, une pile de bellonium, les cartes missions, les cartes exploit, les cartes senseur et les cartes power-up.

Finalement, on prépare la mission.  Il suffit de faire une pile au hasard d’un certain nombre de chaque type de cartes espace (escadrons, trous de ver, tunnels, astéroïdes et flottes ennemies avec un boss final secret).

Le déroulement d’une partie en bref

Le jeu se déroule sur une quinzaine de rondes.  Avant le début de chaque ronde, les joueurs ont chacun 2 cartes senseur dans leur main.  Les cartes ont tous un nombre et parfois une habilité spéciale.  Les joueurs choisissent une carte et la dévoilent en même temps.  Celui ayant la carte avec le plus haut pointage commence la partie.

À leur tour, les joueurs ont 2 options : soit se lancer au combat ou soit faire un arrêt du système.

Au début de la partie, les joueurs n’ont qu’un déplacement et une attaque de niveau 1 vers le haut.  On peut, pour le coût d’un point d’énergie tourner notre arme pour faire face à un danger dans une autre direction.  Au fil de la partie, les joueurs auront la chance d’amasser du bellonium (la monnaie de l’univers de Kemble’s Cascade) qui servira à acheter de nouvelles armes, des réacteurs, des boucliers, etc.  Chaque composante pour le prix de quelques bellonium peut être améliorée jusqu’à 3 fois dans le but d’accroître sa puissance.

Chaque vaisseau peut utiliser son énergie pour surcharger ses réacteurs ou sa tourelle (l’arme de base).  La première surcharge coute 1 point d’énergie et la deuxième 2 points d’énergie.  Si on considère que le vaisseau a 5 points d’énergie au départ (7 avec toutes les améliorations), il va sans dire que l’utilisation des surcharges est limitée.

Si le joueur choisit l’option d’arrêt du système, il ne peut pas effectuer d’attaque ou de déplacement, mais régénère 2 points d’énergie et peut ensuite acheter autant d’armes ou d’améliorations d’armes qu’il a de bellonium.

Une fois les déplacements, les attaques ou la phase « arrêt du système » terminés, le joueur en action doit soustraire son niveau de danger actuel à son niveau d’énergie (chaque déplacement diminue le niveau de danger).  Si le joueur est toujours vivant… il doit comptabiliser son nouveau niveau de danger en fonction des dangers dans son périmètre actuel.

C’est finalement à ce moment-là qu’on fait le défilement.  On prend le premier support de cartes (celui du bas), le vide, le remet en dernière position (celui du haut) et on remet des cartes de la pile des cartes d’espaces.  S’il y avait des vaisseaux sur le support enlevé, ils sont poussés sur la rangée supérieure (attentions aux astéroïdes!).  Le jeu continu comme ça jusqu’à ce que le Big Boss arrive!  Une fois combattu, on compte les points de gloire de chaque joueur pour déterminer le gagnant.

Mon opinion

J’attendais la version française de La bataille de Kemble’s Cascade avec impatience depuis que j’ai vu sa présentation initiale sur les réseaux sociaux américains.  J’ai toujours aimé les jeux vidéo du style shoot’em up depuis Space Invader.  Ajoutant à cela une présentation du style 16 bits (l’époque du Super Nintendo), j’étais gagné d’avance.  Est-ce que le jeu a été à la hauteur de mes attentes ?  Je dis oui sans hésitation.

La thématique est incroyable.  La mécanique de défilement est très bien pensée.  Les vaisseaux ennemis tirent dans tous les sens, les astéroïdes nous bloquent le passage et le Big Boss final est vraiment la cerise sur le sunday!  Quel beau concept! Le jeu se déroule rapidement, il n’y a pas beaucoup de temps d’attente entre les joueurs.  Il y a une bonne diversité de type d’armement, de vaisseaux ennemis, d’astéroïdes et il y a 4 Big Boss avec chacun leurs habilités spéciales.  Le jeu comporte un certain facteur chance dépendamment d’où les ennemies arrivent et s’ils donnent ou non du bellonimum ou des points de gloire.  Il arrive que selon son emplacement un joueur puisse être privilégié sur l’autre, mais en choisissant les bonnes armes et une bonne stratégie, il est possible d’améliorer son sort.

Pour aller chercher plus de points de gloire, il y a des cartes d’exploit qui récompensent, comme le nom le mentionne, les exploits un peu particuliers, voir un peu « cowboy ».  Par exemple terminer 4 tours avec un seul niveau d’énergie ou détruire 3 ennemis dans un tour, etc.  C’est un peu l’équivalent des trophées pour les joueurs de PlayStation.  De plus, chaque joueur commence la partie avec une mission propre à lui comme par exemple terminer 4 tours avec son vaisseau sur la rangée supérieure.

Maintenant le point négatif du jeu : le JcJ (joueur contre joueur).  Probablement que certains joueurs aimeront cette dynamique, mais je trouve cela un peu trop anti-thématique de tirer sur son compatriote pendant que les ennemies descendent sur nous. Personnellement je joue sans les règles JcJ.  Il suffit de retirer quelques cartes de mission et d’exploit et le tour est joué.  C’est donc un point négatif facilement contournable.

En résumé, La bataille de Kemble’s Cascade est un excellent jeu qui va assurément ouvrir la porte à d’autres jeux qui utiliseront cette merveilleuse mécanique de défilement.  C’est un jeu à posséder dans sa collection!



, , ,